La (longue) traversée du Pacifique

vu Port Vila, Vanuatu - 28 May 2012 - 10 comments

... ou l'histoire d'un voyage qui aurait du prendre 20 heures et qui a pris 3 jours :)

Je fais mes adieux à John autour d'un copieux burrito, je prépare mes affaires et file à l'aéroport en espérant ne pas avoir trop de bouchons - j'ai au cas où soigneusement étudié les itinéraires alternatifs. Et finalement ça roule super bien ce qui fait que j'ai le temps de revérifier une dernière fois ma réparation de pare-chocs à la superglue - et zou, me voilà chez Budget. J'ai à peine le temps de dire que je rends la voiture et le gars me dit allez c'est bon merci c'est déjà payé. Sans même regarder quoi que ce soit mais en me signalant que de toutes façons la voiture sera levée entièrement.

C'était bien la peine que je passe une heure au Lavomatic ce matin.

Du coup je monte tout content dans la navette pour l'aéroport, je suis tout seul et la dame m'arrête dix minutes après juste devant ma porte. Je finis par repérer Air Pacific - puis le vol pour Fiji... Queue énorme, et un petit comptoir "Passengers to Vanuatu". Très bien c'est là que je vais, "bonsoir Monsieur, le vol est annulé pour raisons techniques, vous allez passer la nuit ici et prendre un avion Air New Zealand demain". Donc, au lieu de faire Los Angeles - Fiji - Port Vila, je ferai Los Angeles - Auckland - Port Vila, un jour plus tard.

En dix secondes c'est plié, j'ai gagné un jour à ne rien faire à l'aéroport de Los Angeles, ou un jour en moins au Vanuatu - question de point de vue... Re-navette jusqu'à l'hôtel, après avoir rencontré une Française bien à la masse qui ne parle pas anglais et ne comprend rien à rien. Pfou. J'obtiens une chambre et des tickets repas, notamment de petit déjeuner qui sera servi de 6h à 6h45. C'te blague, mon avion est en début de soirée... En plus le wifi est en panne, mais j'ai un bon lit. Petite nuit, réveil éclair pour prendre des provisions au buffet petit déj, et je retourne au lit. À midi le wifi remarche et je négocie pour avoir la chambre jusqu'au soir et des nouveaux tickets-repas... Et ça marche. Et une sieste plus tard, je suis à l'aéroport, les bagages enregistrés - et en attente d'embarquement.

Joli Boeing 777 tout neuf - j'ai demandé une place dans l'allée pour avoir de la place pour les jambes. Pas de bol, c'est la rangée à côté des toilettes où tout le monde confond ton appui tête avec un accoudoir. Damn!... Heureusement le siège d'à côté est libre, je comate tant bien que mal pendant les 14 heures de trajet. Je sais plus trop, au bout d'un moment on ne se rend plus compte. Après tant de temps, le passage de la ligne de changement de date que j'attendais tellement n'a plus la même saveur. Je m'en fous de la date, je veux aller dehors et marcher à l'air libre!

Première délivrance: l'arrivée à Auckland. Voyons voir, c'est le soir? le matin? la nuit? on dirait bien vu qu'il fait noir... Ah voilà c'est le matin en fait, le jour se lève. C'est le moment idéal pour un Breakfast Menu du Burger King, avec un grand Coca pour me tenir éveillé. Les quelques heures d'attente me paraissent une éternité, mais finalement c'est enfin le départ pour le Vanuatu.

Décollage, ceintures, plateau-repas, film, atterrissage, débarquement, il fait chaud, y'a du monde à l'immigration, pause toilettes, je suis le dernier de la file. Après une bonne heure de queue, et quelques discussions avec le douanier à propos de mon lieu de résidence en République du Vanuatu, ça y est! Je suis arrivé, accueilli comme un roi par un comité d'accueil en bonne et due forme ;-)

Au programme: farniente, repos et encore farniente. Avec la vue que j'ai depuis la terrasse, ça ne devrait pas être trop dur...

NDLR: J'écris cet article près de deux mois après mon arrivée proprement dite, et c'est amusant de repenser à ce qui s'est passé entre les deux... Promis, je vous raconte tout ça bientôt!